Réunion des vœux 2015

Fidèle à ses traditions, l'ADDM18 a, cette année encore, organisé à la mi-janvier sa réunion des vœux, et toujours dans la belle salle ronde du funiculaire de Montmartre qui offre des vues incomparables sur Paris. Le soleil était au rendez-vous, autant que les fidèles participants et membres de l'association, et que des habitants de l'arrondissement venus en curieux pour écouter une conférence sur un sujet qui nous concerne tous, à Montmartre : les nuisances sonores.

Anne Penneau

La Présidente de l'Association, Danièle Pélissier, a pris la parole pour souhaiter au public une heureuse année 2015, et pour présenter la conférencière invitée cette année : Anne Penneau, professeur de droit à Paris 13 et présidente de l'Association des Riverains de la Butte aux Cailles, laquelle association fait partie, tout comme l'ADDM18, du Réseau Vivre Paris !, collectif d'associations militant, entre autres, pour le droit de vivre et de dormir tranquille à Paris.

Mme Penneau fait le point sur la question, en la centrant surtout sur le problème, très récurrent dans de nombreux quartiers, des terrasses de café. Elle précise que le droit de vivre en ville dans un niveau de bruit acceptable, notamment la nuit, est reconnu par la loi (et Anne Penneau renvoie le public intéressé par ces questions au site de son association. Elle rapporte le cas d'un citoyen espagnol qui, ayant mis en demeure les autorités de son pays pour non application de ce droit, a finalement obtenu satisfaction.

À Paris, il semblerait que nous soyons loin du compte, malgré les actions inlassablement menées par les associations et notamment celle des Riverains de la Butte-aux-Cailles : car la situation administrative particulière de la capitale favorise un certain flou, et, de ce fait, sert aussi le manque de volonté politique de nos élus.

En matière de tranquillité publique, en effet, le Maire de Paris a une responsabilité propre, différente (mais complémentaire) des pouvoirs de police qui sont généralement dévolus au Préfet de police (et notamment "la répression des rixes et disputes, des bruits de voisinage (au titre des atteintes à la tranquillité publique), la prévention et la réparation des pollutions de toute nature, ou encore la sûreté et la commodité de passage sur les voies publiques"). Cependant, le Préfet de police de Paris a également, de par ses pouvoirs de police générale, une compétence en matière de tranquillité publique. Ajoutons à cela que le premier interlocuteur naturel du citoyen parisien empêché de dormir par le tapage nocturne est la mairie d'arrondissement, qui, si elle n'a pas de pouvoirs propres en la matière, a cependant très clairement l'obligation d'écouter et transmettre les doléances de ses administrés.

Bref, la situation n'est pas facile ... Cela étant, les moyens de défense existent, et sont détaillés par Anne Penneau : tentative de concertation à l'amiable avec l'établissement ou les personnes à l'origine des nuisances sonores, puis, en cas d'échec, appel à la police, puis dépôt de plainte (ou main courante), avant d'en arriver à un recours gracieux devant la Mairie de Paris, voire, en fin de circuit, à des actions devant le Tribunal administratif.

Le public a suivi avec beaucoup d'intérêt cet exposé, dont le sujet le touche de près, et les questions ont été très nombreuses, notamment sur l'intervention de la police, quasiment impossible à obtenir, et sur le manque de volonté et d'implication réelle des élus municipaux : si leur disponibilité et leur écoute sont certes indéniables, il n'en demeure pas moins qu'ils paraissent tiraillés entre des considérations contradictoires, et donnent parfois l'impression qu'ils accordent plus volontiers la priorité aux impératifs commerciaux et à la marchandisation de l'espace public qu'à l'application rigoureuse des textes de loi.

Jean-Philippe Daviaud
Gilles Ménède

Deux adjoints au maire du 18ème arrondissement nous avaient fait l'honneur et le plaisir d'être présents à cette réunion des vœux : Jean-Philippe Daviaud, chargé de la vie associative, de l’animation locale et du quartier Montmartre ; et Gilles Ménède, chargé de la propreté.

Tous deux ont longuement pris la parole, et ont échangé avec le public sur la question de la responsabilité et du rôle des élus en matière (notamment) de tranquillité publique. Le débat a été très passionné et parfois même assez tendu ...

Anne Penneau a repris la parole pour un bref résumé de conclusion, et rappelé au public un rendez-vous de première importance : la réunion publique organisée par le réseau Vivre Paris ! le 10 février 2015 à 18h30 sur le thème "Nuisances nocturnes, une fatalité ?" qui se tiendra salle Jean Dame, 17 rue Léopold Bellan, Paris 2e (Métro Sentier). À noter sur vos agendas ...


La réunion des vœux s'est poursuivie par le traditionnel cocktail, et par la non moins traditionnelle vente (par nos deux dévoués apiculteurs, Christiane Jouan et Jean-Paul Marolla) ....

... des petits pots de miel issus du rucher de la rue Gabrielle, que l'ADDM18 est fière d'avoir pu créer.

Ces moments ont été plaisamment agrémentés cette année par deux excellents musiciens de jazz du groupe Swingin'Partout, un violoniste et un guitariste.

Swingin'Partout

Le crémant du Jura a coulé en abondance,

les conversations se sont poursuivies avec la plus grande animation autour du buffet ...

et le soleil se couchait sur les toits parisiens lorsque les tout derniers participants se sont séparés.




L'ADDM18 vous souhaite à tous une très heureuse année 2015


le 02 février 2015

Classé dans : Vie de l'ADDM18 - Mots clés : bruit

.