Marche exploratoire "Propreté"

Dans le cadre d'une OCNA (opération concertée de nettoyage approfondi) organisée par la Direction de la Propreté, un vice-président de l'ADDM 18 a participé à une marche exploratoire des secteurs Avenue Junot-Rue Gabrielle. Voici son compte-rendu


* * *


Paris, le 20 juin 2014.




Madame la Présidente, Chère Danièle,



Je me suis donc rendu rue Lamarck hier matin, où en compagnie de divers responsables de la propreté dans le 18ème , nous avons pendant une heure parcouru les rues du secteur compris entre la rue Lamarck, la rue Berthe, la rue Gabrielle, la place Emile-Goudeau, la rue d’Orchampt et l’avenue Junot.

J’ai profité de cette « promenade » pour discuter avec mes compagnons de route, d’où j’ai tiré les quelques enseignements suivants :


  • Les effectifs consacrés à la propreté ne sont pas assez nombreux, et il n’est nullement prévu de les accroître – peut-être même les réduira-t-on un jour…

  • L’idée de la nouvelle municipalité du 18ème est de « travailler avec la population », c’est-à-dire d’encourager les gens à s’occuper eux-mêmes de la propreté de leur environnement, au titre déjà de l’obligation de balayer leur trottoir inscrite dans les textes (mais que j’ai toujours trouvé contestable dans la mesure où ils n’en sont pas propriétaires), mais aussi des initiatives qu’ils pourraient prendre en faveur de la propreté.

Remarque : il s’agit d’une idée ambigüe, car s’il peut être opportun de lutter contre l’attitude trop consumériste des habitants qui estiment que c’est à « la société » de leur livrer une ville propre, et non à eux d’y veiller pour la part qui leur revient, d’un autre côté vouloir utiliser le « gisement » d’actions et d’initiatives que recèlent les habitants est une manière pour les responsables publics de transférer des responsabilités qu’ils sont censés avoir été élus pour exercer et faire assurer par d’autres des tâches qui relèvent de leur mission…

L’association devrait se situer par rapport à cette nouvelle orientation, il me semble.

  • Les responsables avec qui j’ai parcouru le secteur précité ont beaucoup insisté sur la dégradation de l’éducation des enfants par leurs parents aux réflexes de propreté.

  • Enfin, mais ceci est sûrement quelque choses que vous avez déjà entendu, les services concernés déclarent traiter en priorité les secteurs les plus salis, c’est-à-dire les plus touristiques, et reconnaissent que les autres secteurs, ceux qui en réalité sont les plus habités, passent en second…

Ils ont aussi souligné le nombre important de manifestations organisées sur la Butte, et accueilli avec un certain scepticisme ma suggestion de ne renouveler les autorisations accordées pour lesdites manifestations qu’au vu de l’état de propreté dans lequel le domaine public aurait été laissé par leurs organisateurs (ce qui déchargerait les services municipaux des tâches correspondantes).

Telles sont les principales observations que j’estime utile de porter à votre connaissance, et dont nous pourrons naturellement reparler de vive voix.


Bien cordialement.

Henri FABRE-LUCE



le 07 juillet 2014

Classé dans : Cadre de vie - Mots clés : propreté, détritus

.