Urbanisme

Dès sa création, l’ADDM18 a veillé à la protection du bâti de l’arrondissement. Et ce, sans esprit de « figer », mais seulement dans une perspective d’esthétique et de mémoire.


Elle a d’abord dû faire face à un projet de parking sous le Maquis de Montmartre. Ce parking, tant par son entrée que par sa sortie, aurait, en plus des nuisances, défiguré la perspective de la rue Lepic et de l’avenue Junot. Abandonné à la suite de nombreuses démarches, le projet a fini par aboutir, le 27 novembre 1991, à un classement au titre des « Sites de la Ville de Paris ».

Un peu plus tard, l’ADDM18 a apporté son total soutien à l’Association « Les Accros » pour, à nouveau, empêcher un creusement de sept étages entre les rues Lepic et Joseph de Maistre : là, les risques pour la solidité des immeubles riverains étaient considérables. C’est à cette occasion que l’ADDM18 a participé à l’élaboration du premier Plan d’Occupation des Sols (POS) de Montmartre, puis à celle du Plan Local d’Urbanisme (PLU).

Chez Patachou

Mais le gros chantier fut celui de l’“Affaire Patachou”, avec l’obtention, en appel, de la démolition d’une structure de verre construite dans un espace vert protégé – et dans le périmètre du « vieux Montmartre ».


Ensuite, et pour rester sur le haut de la Butte, l’ADDM18 a obtenu la remise en état du petit bâtiment qui jouxte l’église Saint-Pierre. Propriété de la Ville de Paris, il était miné par de nombreuses et anciennes infiltrations.


La terrasse du n° 2, allée des Brouillards,
avant démolition du pare-vue

Le soutien de l’association à ses adhérents est total, à chaque fois que c’est nécessaire. On peut citer, par exemple, la récente décision du Tribunal de faire démolir un pare-vue totalement inesthétique, construit sur une terrasse du 2, allée des Brouillards.


10, rue Norvin

Actuellement, l’ADDM18 suit avec préoccupation l’installation d’un Starbucks Coffee dans un immeuble typique de la place du Tertre, dont la façade s’orne de fenêtres en ogive.


L’ADDM18 est soutenue dans ses démarches par la « Plateforme des associations parisiennes d'habitants », dont elle est une ancienne et fidèle adhérente. À travers elle, elle adhère également à la Fondation nationale « Patrimoine et Environnement ».


le 30 mars 2013

Classé dans : Urbanisme - Mots clés : aucun

.